Comment devenir Jardinier-botaniste ?

1507

La vie secrète des plantes vous fascine ? L’étude des éléments constitutifs des écosystèmes de la planète vous intéresse ? Si vous répondez oui à l’une de ces questions, le métier de jardinier-botaniste vous correspondrait certainement. C’est un professionnel qui étudie la structure, les caractéristiques, les propriétés et les relations des plantes et leurs processus vitaux. Comment devenir Jardinier-botaniste ? Lisez ceci pour en apprendre plus.

Les études à suivre pour devenir jardinier-botaniste

Pour devenir jardinier-botaniste, vous devez suivre un cursus scolaire conséquent. Vous devez au moins être titulaire d’un diplôme universitaire dans une formation ayant rapport avec les plantes. Toutefois, avoir un doctorat augmenterait vos chances d’être retenu. En effet, peuvent accéder à cette profession les candidats possédant un niveau BAC + 2 en Génie biologique, option Agronomie (BUT, ex-DUT). Sont également admis au métiers les candidats issus d’une formation en Gestion et protection de la nature (BTSA GPN). De même, vous pouvez devenir jardinier-botaniste si vous avez un niveau BAC + 3 dans les spécialités suivantes :

Lire également : Entretien et maintenance des robots de tonte : tout ce qu'il faut savoir

  • Étude et développement des environnements naturels ;
  • Analyse et technique d’inventaires de la biodiversité ;
  • Biologie appliquée aux Écosystèmes exploités ;
  • Sciences de la biodiversité ;
  • Métiers du DGPMN ;
  • Métiers de la PGE, etc.

En outre, si votre niveau d’étude est BAC + 5, les diplômes suivantes vous seront demandés :

  • Formation dans une école d’ingénieurs en Biologie ;
  • Master Biologie et Valorisation des Plantes ;
  • Master Biodiversité, écologie et évolution ;
  • Master Biologie structurale, Génomique ;
  • Master BioVIGPA, etc.

Enfin, les doctorants en Agronomie peuvent prétendre faire carrière dans le métier de jardinier-botaniste. Ils sont d’ailleurs les candidats les plus privilégiés.

A lire aussi : Les secrets de la fleur à tomate : comprendre le processus de transformation en quelques étapes

Suivre une formation continue pour devenir jardinier-botaniste

Avant tout, sachez simplement que le métier est réservé aux personnes qui possèdent des compétences avérées. Cependant, vous pouvez accéder à la profession en suivant une formation continue. Vous devez à cet effet avoir un niveau baccalauréat et disposez d’une certaine expérience dans les domaines similaires. Ce sont des formations de courte durée qui peuvent vous permettre de devenir professionnel jardinier-botaniste. Elles sont généralement dispensées pour une durée de 3 ans et sont destinées aux personnes n’ayant pas les diplômes susmentionnés. Elles vous permettront d’avoir une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Par ailleurs, vous avez la faculté de passer par un contrat de professionnalisation avec une entreprise du label « Habitats-Faune-Flore ». Cette expérience vous permettra de mettre en pratique vos acquis théoriques. C’est donc à vous-même de démarcher vos futurs employeurs. En revanche, si vous travaillez déjà au sein d’une entreprise qui dispose du label, vous n’aurez besoin que de suivre un plan de développement des compétences.

Les compétences et qualités requises pour devenir jardinier-botaniste

Le métier de jardinier-botaniste requiert certainement des connaissances approfondies en botanique, mais pas seulement. Effectivement, il faut aussi posséder un certain nombre de compétences et qualités spécifiques pour pouvoir exercer cette profession.

Le jardinier-botaniste doit avoir une bonne connaissance des plantations. Il doit être capable d’identifier les différentes espèces végétales, savoir comment elles se développent et quels sont leurs besoins en termes d’eau, de lumière et de nutriments. Il est aussi nécessaire d’avoir une grande sensibilité à la nature afin de comprendre les interactions entre les êtres vivants dans leur environnement.

Le jardinier-botaniste doit posséder une excellente condition physique car son travail est souvent très physique : déplacer des pots ou des sacs lourds ou travailler sur une surface inclinée peut rapidement fatiguer. Il doit aussi faire preuve d’une grande minutie lorsqu’il s’agit de manipuler les plantations pour éviter tout endommagement qui pourrait compromettre leur survie.

La créativité est aussi importante dans ce métier car elle permet au professionnel du paysage floral de concevoir des compositions originales avec divers types et variétés de végétaux qui apporteront beauté ainsi que confort aux utilisateurs du lieu aménagé.

Le sens du contact humain fait partie des attributs précieux recherchés chez un bon gestionnaire paysager/jardinier-botaniste, puisque c’est lui qui va échanger avec ses clients potentiels dès la phase préparatoire jusqu’à l’entretien des jardins.

Le jardinier-botaniste doit être capable de travailler en équipe et de faire preuve d’une grande autonomie. Effectivement, il est souvent amené à collaborer avec d’autres professionnels tels que les architectes paysagistes ou les techniciens spécialisés dans l’irrigation des espaces verts.

Il faut comprendre qu’exercer ce métier ne se limite pas seulement à la création et l’aménagement de jardins attrayants, mais c’est aussi un métier qui nécessite implication, rigueur et passion. Si vous êtes animé par ces attributs, alors vous serez sur la bonne voie pour réussir votre projet professionnel !

Les différents débouchés professionnels pour les jardiniers-botanistes

Pour devenir jardinier-botaniste, il existe plusieurs opportunités professionnelles offertes par le marché. Les métiers liés à l’horticulture et à la botanique sont nombreux, voici une liste des débouchés possibles après une formation de jardinier-botaniste.

• Le paysagisme : ce domaine en pleine expansion permet aux professionnels du secteur d’intervenir dans la création ou l’aménagement d’espaces verts publics comme privés. Le jardinier-botaniste est souvent sollicité pour apporter son expertise afin de sélectionner les plantations adaptées et créer un décor harmonieux avec le cadre environnant.

• L’enseignement : après avoir suivi une formation complémentaire, le diplômé peut se spécialiser dans l’éducation à l’environnement auprès des jeunes élèves ou futurs étudiants qui souhaitent s’informer sur la faune et la flore locale grâce à des ateliers didactiques.

• La pépinière : ceux qui aiment travailler en contact direct avec les végétaux trouveront leur place comme responsable d’une pépinière. Ils aideront notamment les clients désireux de réaliser leurs projets personnels tout en prodiguant des conseils et de l’accompagnement jusqu’à la livraison du produit.

• L’e-commerce : rejoindre un site e-commerce spécialisé dans la vente au détail de plantations diversifiées constitue aussi une opportunité professionnelle pour les jardiniers-botanistes. Effectivement, ils pourront utiliser leurs compétences botaniques pour assurer la qualité des produits vendus et apporter leur expertise aux clients potentiels.

• Les entreprises publiques : les collectivités territoriales comme les services municipaux de l’environnement ont besoin de spécialistes en espaces verts comme le jardinier-botaniste afin d’apporter leur contribution dans l’aménagement urbain.

Il existe plusieurs possibilités professionnelles après une formation réussie de jardinier-botaniste. La passion ainsi que la volonté sont les clés du succès !